Livraison gratuite en France

Zoom sur l'huile d'argan

zoom sur l'huile d'argan

Depuis plusieurs années, l’huile d’Argan est de plus en plus souvent utilisée en cosmétique. Il s’agit d’une huile extraite des fruits de l’arganier, un arbre qui pousse uniquement au Sud-Ouest du Maroc, ce qui fait d’elle une huile assez rare. Sa rareté en fait également une huile assez chère. De plus, l’arganier est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. 

A l’origine, un processus d’extraction très traditionnel était respecté, mais la demande grandissante dans le secteur cosmétique a modifié les pratiques autour de cette huile pour s’adapter, laissant place à de nombreuses dérives. Voici quelques informations sur cet ingrédient que nous utilisons dans notre shampoing solide.

 

Comment l’huile d’argan était-elle traditionnellement extraite ?

A l’origine, chaque famille marocaine produisait sa propre huile de manière traditionnelle et ancestrale et l'utilisait tant dans les plats que pour les soins de la peau. Ce sont les femmes marocaines – ou Arganières - qui ont transmis leur savoir-faire de génération en génération.

Pour produire l’huile d’argan, les étapes sont nombreuses et méticuleuses. Tout d’abord, il faut récupérer les noyaux des fruits. Traditionnellement, les noyaux sont récupérés dans les excréments des chèvres qui ont grimpées dans l'arganier pour y manger ses fruits. Ces noyaux ne sont pas digérés et sont utilisés pour produire l’huile d’argan.

L’étape suivante consiste à extraire de petits amandons en concassant les noyaux récoltés à l’aide de pierres. Les femmes procèdent ensuite au tri entre les amandons et les coques de noyau. On récupère les amandons et les coques serviront de combustible. Les amandons sont torréfiés au feu de bois de sorte à ce qu’ils dorent un peu. Attention : s'ils sont trop torréfiés, l’huile aura une odeur de brûlé ; et au contraire, s'ils sont trop peu torréfiés, l’huile aura une forte odeur de noisette. Ces amandons sont ensuite écrasés dans un moulin pour en faire une pâte qui sera ensuite malaxée pendant environ une heure en y ajoutant progressivement des doses précises d’eau. La pâte finit par se séparer en deux, laissant place à l’huile d’argan et au tourteau (une pâte très dense). L’huile est alors récupérée dans des bouteilles et le tourteau sert de nourriture pour les bovins.

Chaque étape nécessite du matériel très précis et des pratiques gardées secrètes par les Arganières. Pour produire un litre d’huile d’argan, il faut environ 2,5kg d’amandons, ce qui correspond à 35kg de fruits, équivalant à 6 à 7 arganiers. Le processus d’extraction de l’huile n’implique en aucun cas l’abattage de l’arbre, il faut simplement récupérer ses fruits.

 

Et comment est-elle extraite de nos jours ?

Lorsque les femmes se sont rendues compte que les fruits des arbres autour de leur village étaient très demandés, elles se sont regroupées pour créer des coopératives. Et pour répondre aux besoins du marché actuel, le procédé de fabrication a été modifié. Les arganières récupèrent les fruits mûrs tombés au sol sans que les chèvres n’aient eu le temps de les manger. Cela permet aux amandons de conserver l’intégralité de leurs propriétés. Cependant, cela rajoute deux étapes à l'extraction : il faut sécher les fruits environ une semaine au soleil, qu'il faut ensuite concasser à deux reprises : une première fois pour enlever la couche extérieure et la pulpe du fruit, et une deuxième fois pour extraire l’amandon du noyau. 

La méthode d’extraction de l’huile est désormais différente selon son utilisation. Aujourd’hui, l’huile alimentaire et cosmétique ne peuvent être échangées. Pour l’huile cosmétique, l’étape de la torréfaction de l’amandon n'est plus nécessaire. Cela permet à l’huile de conserver l’intégralité de ses propriétés nourrissantes. Mais ce changement a un coût : la torréfaction de l’amandon génère beaucoup plus d’huile et la pâte obtenue doit être malaxée 2 à 3 heures de plus qu’une pâte servant pour l’alimentaire. Enfin, l’huile cosmétique doit décanter dans de grands bidons pendant environ 4 jours. Cela rend donc cette huile cosmétique rare puisqu’elle est très difficile à obtenir. Pour en produire davantage, certaines coopératives et sociétés privées utilisent une machine pour remplacer le moulin et le malaxage afin de gagner beaucoup de temps.

La dissociation des deux huiles se fait principalement à l’œil : l’huile alimentaire est plus foncée et brune qu’une huile cosmétique, dû à la torréfaction. L’odeur peut varier également : l’huile alimentaire a une odeur de noisette plus prononcée que l’huile cosmétique, mais cela n’a rien à voir avec le procédé de production. Beaucoup de personnes ne supportent pas cette odeur. C'est pour cette raison que l’huile cosmétique est souvent désodorisée, n’altérant en rien sa qualité et ses bienfaits. C’est le cas de l’huile que nous utilisons.

 

Quels sont les bienfaits de l’huile d’argan ?

Les bienfaits varient selon l’utilisation de cette huile. Ce qui nous intéresse le plus ici, ce sont les bienfaits de l’huile en cosmétique. Nous avons donc essayé de vous lister les bienfaits reconnus et avérés de cet ingrédient.

L’huile d’argan est très riche en oméga 6 et 9 ainsi qu’en vitamine E, ce qui fait d’elle une huile très hydratante et nourrissante. Elle ralentit le processus de vieillissement de la peau en apportant souplesse et élasticité. En effet, les oméga 6 ont des propriétés cicatrisantes, trouvées dans pas ou très peu d'autres huiles. Grâce aux vitamines E, elle protège aussi la peau des agressions extérieures telles que le vent ou le soleil. Elle est donc parfaite en application sur un léger coup de soleil. Il a été également prouvé que sur certains types de peau, elle peut diminuer les impuretés, les rougeurs, les irritations ou les brûlures. Elle est donc un réel atout pour votre peau, quel que soit son type.

C’est aussi l’une des huiles qui fera le plus de bien à vos cheveux (et vos ongles) car elle est très nourrissante. C’est pour cette raison que nous avons choisi de l'inclure dans notre recette de shampoing solide.

 

Quelles sont les tromperies existantes autour de l’huile d’argan ?

Cette huile étant très convoitée aujourd’hui, on retrouve parfois des présentations trompeuses, tant au Maroc que dans nos supermarchés. Vous l’aurez compris, l’huile d’argan est une huile chère, il faut donc se méfier du prix, surtout s'il est trop attractif. Il se peut que cette huile ait été coupée avec une autre huile. De plus, sur certains produits cosmétiques, nous pouvons voir apparaitre sur le flacon une mention « à l’huile d’argan », mise en avant. Il est alors important de vérifier la liste INCI du produit. L’huile d’argan y apparaitra sous le nom de « Argania Spinosa Kernel Oil ». Si elle se trouve dans les derniers ingrédients de la liste INCI, cela veut dire que l’huile d’argan est à peine présente dans ce produit. Par conséquent, la mention de cet ingrédient en évidence sur le packaging peut être considérée comme abusive.  

Pour vous aider à distinguer une huile d’argan pure d’une coupée, l’huile d’argan pénètre très rapidement la peau et elle ne laisse pas de film gras sur la peau.

Il se peut également que l’huile ait été produite à partir des noyaux retrouvés dans les excréments de chèvres. Cela ne rendra pas cette huile inutilisable, elle perdra simplement de ses vertus. Malheureusement, pour un consommateur, il n’y a aucun moyen de savoir d’où proviennent les amandons.

De plus, la pression à froid est gage de qualité puisque l’huile conserve toutes ses propriétés nourrissantes. Si cette mention n’est pas spécifiée sur une huile d’argan pure, il se peut que l’amandon ait été torréfié pour produire plus d’huile. Dans ce cas, l’huile sera parfaite, mais plutôt pour une utilisation en cuisine.

A noter, l’huile d'argan que nous utilisons dans notre shampoing solide n’est pas torréfiée.

 

Quel est l’impact de l’exploitation des arganiers ?

Étant donné l’essor de l’huile d’argan à travers le monde, la production de cette huile a de nombreuses conséquences sur le territoire marocain. Il est important de noter que l’arganier pousse dans une région aux caractéristiques très spécifiques et il est donc impossible de faire pousser plus d’arbres sur d’autres territoires dans le but de répondre à la demande grandissante pour cette huile.

Dans l'arganeraie, cette zone où poussent les arganiers, les arbres y sont donc très condensés asséchant la terre et la rendant moins fertile qu’auparavant. Cette surexploitation incite les arganières, dans certains cas, à cueillir les fruits directement dans l’arbre. Cela altère donc la qualité des amandons, le fruit n’étant pas mûr. On remarque aussi que les agriculteurs se procurent toujours plus de chèvres afin d’accélérer le rythme de fabrication en évitant certaines étapes. Mais ces chèvres, parfois très nombreuses sur un seul arbre, peuvent menacer son développement. 

L’arganeraie sert aussi de barrière naturelle à l’avancée du désert vers le Maroc. Il est donc important que les arbres continuent de s'y développer, tout en gardant une agriculture raisonnée. 

Enfin, cette culture de l’arganier aide au développement du pays dans la mesure où elle est devenue un attrait touristique. Mais la culture d'arganiers au Maroc facilite surtout l’emploi de nombreuses femmes dans le pays, créant un réel développement économique et une augmentation du niveau de vie.

 

En résumé, l’huile d’argan est donc une huile riche et très bénéfique pour le corps et les cheveux. Lorsque vous achetez des cosmétiques contenant de l'huile d'argan, il est important de vérifier la liste d'ingrédients INCI pour être sûre qu'elle ait une réelle action. Enfin, il est important de se renseigner sur l’huile utilisée, même si ce n’est pas toujours évident. Pour ce qui nous concerne, notre huile d’argan est bien marocaine, pure, non torréfiée, désodorisée et issue de l’agriculture biologique.