Livraison gratuite en France

Emballages biodégradables, compostables, biosourcés - Comment s’y retrouver ?

 

emballage biodégradable

La réduction de nos déchets et le respect de l’environnement sont des problématiques qui prennent de l’ampleur dans notre quotidien. La façon dont nous consommons et dont nous trions nos déchets jouent donc un rôle essentiel.  

Chez Comme Avant nous avons choisi une approche zéro déchet. En plus de fabriquer des produits qui sont sains pour votre corps et pour la planète, nous faisons notre maximum pour limiter l’impact de nos emballages sur l’environnement. Comme les emballages sont légalement nécessaires pour protéger et conserver un produit, nous avons décidé d’opter pour des packagings qui sont soit rechargeables (pour le dentifrice en poudre ou le déodorant en poudre) soit biodégradables (l’emballage carton ou kraft du savon, du déodorant solide, du shampoing, de la crème et des recharges). 

Depuis quelques années, ce phénomène de packaging compostable et/ou biodégradable a pris un tel essor qu’il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Certains emballages peuvent être biodégradables, d’autres sont à la fois biodégradables et compostables, certains sont compostables mais pas biodégradables et à cela s’ajoutent les bioplastiques et les packaging biosourcés...

Mais comment faire la différence dans tout ça ?  

Nous vous l’accordons, ce n’est pas toujours évident et nous allons vous éclairer.  

  

Existe-il une norme pour règlementer ce type d’emballage ?  

Il existe deux normes pertinentes qui concernent les emballages biodégradables, compostables et biosourcés. 

La première, entrée en vigueur en 2000, s’intitule “Caractéristiques des emballages valorisables par compostage et biodégradation – Schémas d’essai et critères d’évaluation pour l’acceptation finale des emballages”. Cette norme européenne EN13432 définit les termes « compostable » et « biodégradable » en matière d’emballage. 

Si vous compostez chez vous ou dans un composteur collectif, la norme NF T 51-800 de 2015 « Plastiques - Spécifications pour les plastiques aptes au compostage domestique » peut vous intéresser. Elle détermine quels plastiques conviennent au compostage domestique. 

  

Du coup, en se basant sur cette norme (EN13432)quand est-ce qu’un packaging peut être qualifié comme « biodégradable » ? 

Premièrement, il est essentiel de comprendre ce mot. On parle de « biodégradable » lorsqu’un un emballage peut être décomposé grâce à l’action de micro-organismes dans le sol - comme les champignons et les bactéries présents naturellement dans l’environnement. D’autres facteurs comme l’oxygène, le taux d’humidité et de luminosité ou encore la température peuvent impacter la biodégradabilité et notamment la durée de décomposition.  

En effet, cette notion de temps joue un rôle important. Il faut qu’un produit se dégrade relativement vite (à l’échelle humaine) pour qu’il soit considéré comme biodégradable. Il doit atteindre 90% de dégradation en moins de 6 mois. Par exemple, une bouteille plastique n’est pas biodégradable car elle prend environ 400 ans pour se dégrader.  

Lorsqu’on parle d’emballage biodégradable, cela implique qu’il disparait complètement (dans un environnement qui s’y prête). La notion de taille des particules obtenues n’est pas prise en compte, et il ne doit rester que des particules pouvant être réutilisées par les plantes et micro-organismes. Une fois dégradé, il ne génère aucun danger pour l’environnement car seules des substances bénéfiques seront rejetées dans la nature comme du dioxyde de carbone (CO2) ou du méthane (selon les conditions), de l’eau ou de la biomasse. Il réintègre donc sans encombre un cycle naturel. 

On est maintenant au point sur les emballages biodégradables 

 

Qu’implique le terme "emballage compostable" ?  

Vous l’avez peut-être remarqué, le compostage de manière général connait une croissance importante depuis plusieurs années.  

La définition d’un packaging « compostable » est plus précise qu’un « biodégradable » car elle se base sur des données de temps et prend en compte certaines conditions relatives à la fragmentation d’un emballage.  

Un packaging qualifié comme compostable est capable de se dégrader grâce à l’oxygène, l’humidité et une certaine température. C’est dû à ce dernier facteur que les emballages se dégradent mieux dans un composteur industriel car ceux-ci peuvent facilement atteindre les 70°C. Cela signifie qu’un emballage compostable n’est pas forcément adapté au composteur ou au lombricomposteur que vous avez chez vous, car les conditions optimales d’un composteur industriel ne sont pas toujours atteintes lors d’un compostage maison.  

Un emballage compostable doit également être conforme à une dégradation définit par la norme européenne EN13432. Voici les quatre critères établis :  

  • La vitesse de désintégration du matériau – le cycle de compostage est de 3 mois. 
  • Les particules obtenues doivent être inférieure à 2mm et biodégradables. 
  • La qualité du compost obtenu qui doit être faible en métaux lourd et sans écotoxicité.  
  • Il ne doit engendrer aucune perturbation, par exemple aucune libération de substances nuisibles. 

Contrairement à ce que nous pourrions penser, un emballage biodégradable n'est pas forcément compostable, dû à la durée de décomposition. Un matériau biodégradable doit se dégrader à 90% en six mois alors qu’un compostable doit de désintégrer en trois mois.  

Nous avons choisis du kraft pour nos emballages car c'est un matériau 100% naturel. Un point non-négligeable pour nous au vue de notre approche pour limiter les déchets.  

 

Et les packagings biosourcés et les bioplastiques sont-ils compostables et/ou biodégradables ? 

Les termes biodégradable et biosourcé portent parfois à confusion. Lorsque qu’on parle d’emballages biosourcés, c’est l’origine des matériaux qui est implicitement évoquée alors que la biodégradabilité se réfère à la fin de vie d’un emballage. Le terme bioplastique réunit ces deux aspects : l’origine (ressource renouvelable) ainsi que la gestion de la fin de vie (biodégradable). 

Un emballage biosourcé est un matériau à base de substances végétales comme l’amidon de maïs, la canne à sucre, la fécule de pomme de terre, etc., ou de composés pétrochimiques. 

Les plus répandus sont les suivants :  

Le PLA (Acide Polylactique) est un plastique provenant de sucre ou d’amidon de maïs. Il est souvent utilisé pour remplacer les sacs plastiques dans le commerce. Cette matière est 100% biodégradable selon la norme NF EN 13432. Chez Comme Avant, nous utilisons d'ailleurs ce matériau, notamment pour le revêtement intérieur de nos recharges de déodorant et dentifrice. Après beaucoup de recherches, nous avons choisis le PLA pour rester en lignée avec notre philosophie zéro déchet, du fait qu'il soit entièrement biodégradable et ne génère donc pas de déchet ! 

Dans les supermarchés par exemple, on retrouve également très souvent les sacs plastiques dit oxo-dégradables. Ce sont des emballages en PE (polyéthylène) auquel sont ajoutés des métaux de transition permettant au plastique de se fragmenter en particules. En revanche, ces particules sont trop grosses pour être assimilées par des micro-organismes. Ces emballages sont donc ni compostables ni biodégradables, point confirmé par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). Attention, certains fabricants ajoutent la mention « bio » - oxo(bio)dégradables - mais ceci est simplement du greenwashing.  

Il faut donc faire attention au bioplastique qui est utilisé. Tous ne sont pas nécessairement biodégradables et compostables car en plus des matières végétales, ils peuvent également contenir des composants non-biodégradables. En effet, selon l’association European Bioplastics seulement un peu plus de la moitié des 2,11 millions de tonnes de bioplastiques produits mondialement en 2019 sont biodégradables.  

  

Comment peut-on savoir si un emballage est biodégradable ou compostable ?  

A l'heure actuelle, il n’existe pas encore de label officiel pour attester de la biodégradabilité ou de la compostabilité d’un emballage.

Vous devez demander au fournisseur afin qu’ils puissent vous assurer du caractère biodégradable ou compostable de l’emballage. 

Chez Comme Avant, nous pouvons garantir à notre communauté de la biodégradabilité de nos emballages, vous pouvez bien sûr nos contacter et nous vous partagerons l'attestation de nos fournisseurs.  

 

Si on résume simplement, ça donne quoi ?  

  • Afin qu’un emballage soit considéré comme « biodégradable » et « compostable », il doit être conformes à la norme EN13432 mais il n'existe pas de label pour le voir sur les emballages. Il faudrait croire le fabricant sans preuve ...
  • Les différences entre un emballage compostable et biodégradable se trouvent principalement dans le temps de décomposition (cycle de 3 mois pour un emballage compostable contre 6 mois pour un biodégradable) et dans l’usage final.
  • Un emballage composté pourra être utilisé comme engrais naturel tandis qu’un emballage biodégradable ne sert à rien, il se dégrade sans être néfaste pour l'environnement.
  • Un emballage compostable est nécessairement biodégradable mais que l’inverse n’est pas forcément vrai.

La seule faille à noter est que les emballages biodégradables et compostables ne sont pas une véritable solution pour la pollution dans les mers et océans. Comme le processus de biodégradation dépend fortement de l’environnement dans lequel il est dégradé, un emballage biodégradable ne pourra pas toujours se dégrader correctement lorsqu’il se retrouve dans la mer où les micro-organismes présents ne sont pas forcément adaptés et peuvent ralentir cette dégradation.    

Finalement si vous avez le choix, il vaut mieux toujours privilégier du "sans emballage" comme nous le proposons dans nos boutiques Comme Avant avec l'option vrac. 😊